NOTIFICATION 75 02 12 10 RO

Les orbes ont-ils des reflets?

OBJECTIF :

 


Définir si les orbes se reflètent sur des surfaces réfléchissantes en l'occurence des miroirs.

 

MOYENS :

 

5 miroirs (30x24cm)

1 mètre pliable

1 trépied gorillaopod

 

3 APN :

 

Fujifilm Real 3D 3W

Sony DSC W 170

Nikon S 3000

 

TYPE DE PHOTOGRAPHIES :

 

- Stéréscopiques 3D 2x10 mgpx

- Jpeg 10 et 12 mgpx

 

QUANTITE DE PHOTOGRAPHIES PRISES :

 

- 342 couples stéréscopiques

- 123 photos conventionnelles 2D

 

 

LIEU :

 

Paris

 

Cave en terre bâtue de la fin du XIX e siècle, profondeur : 8 mètres sous le niveau de la rue. Orientation Est/Ouest.

Dispositions du matériel pour l'expérience photographique

Disposition
Disposition A - tous droits réservés
Vue depuis APN rivé sur gorillapod - DR
Vue depuis APN rivé sur gorillapod - DR
Disposition B - tous droit réservés
Disposition B - tous droit réservés
vu depuis APN rivé sur gorillapod - DR
vu depuis APN rivé sur gorillapod - DR

L'INTERÊT DE LA QUESTION :

 

La question du reflet des orbes est importante, elle permettrait d'établir une matérialité du phénomène qui serait donc soumis aux lois classique de la physique et de l'optique.

 

LA PROBLEMATIQUE :

 

Les orbes ont-ils un reflet dans des surfaces réfléchissantes que cela soit de l'eau, des miroirs où tout autre élément susceptible de renvoyer une image. La question se pose depuis que les gens qui prennent des orbes en photographie.

 

LA METHODOLOGIE :

 

Nous avons placé 5 miroirs selon deux dispositions différentes de type en "épis" selon des angles différents. Les APN sont posés sur un trépied articulé d'une hauteur de 25 cm. La distance moyenne de l'objectif d'un APN étant de 28 cm au sol.

 

L'APN ainsi fixé est disposé dans l'axe du miroir central à une distance de 2,50 mètres. Les miroirs étant séparés entre eux d'une distance de 50 cm.

 

La surface d'expérimentation est de 2,75 m2.

 

Il a été choisi volontairement une surface de petite taille non ventilée pour éliminer au maximum les risques de particules soulevées par de l'air, et permettre par la fabrication d'un périmètre de petite taille d'obtenir des orbes sans la "facilité" habituelle des grands espaces naturels. Il est difficile d'obtenir généralement des orbes sur une surface de petite taille. Nous postulons donc qu'il peut s'agir dans ce cas avec un taux de crédibilité élevé de véritables phénomènes.

 

Nous avons privilégié la photo de type stéréoscopique sur la photo traditionnelle déclenché au retardateur pour éviter tous les risques de bouger. Les expérimentations ont commencé après un temps de 10 minutes chrono pour réduire au maximum tous les risques de ventilation créé par le mouvement.

 

 

 

 

 

 

orbe "annulaire"  apparu  à environ 35 cm en  hauteur par rapport à un miroir au sol - Sony W 170 - DR
orbe "annulaire" apparu à environ 35 cm en hauteur par rapport à un miroir au sol - Sony W 170 - DR

LES RESULTATS :

 

Les expériences se sont déroulées le 2 décembre 2010 de 20h30 à 22H00.

 

Les orbes se sont présentés hors champ des miroirs pour 80 pour cent d'entre eux  (pourcentage calculé sur l'ensemble des photos prises par les 3 APN) situés à une hauteur apparente allant de 5 cm à environ 1,30 m de hauteur. Les 20 pour cent autres se situés dans le plan même des miroirs. Sur ces 20 pour cent seuls un total de 8 pour cent sont réellement "piégés" dans le "croisement" de réflection des miroirs.

 

Nous nous basons pour le résultat de cette expérience sur les photos à couples stéréscopiques afin de pouvoir affirmer qu'il ne s'agissait pas de particules proches de l'objectif. (Dans le cas d'un APN de ce type seul une des photos montreraient un orbe s'il s'agissait d'une particule.)  Nous avons pu établir   3 photos stéréscopiques où les orbes sont présents sur les deux clichés donc situé loin de l'objectif et très probablement à la distance montrée sur la photo 3D.

 

Voici ce que montre ces 3 photos stéréscopiques :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Couple stéréscopique 1 - Dr
Couple stéréscopique 1 - Dr
Couple stéréoscopique 1 - Dr
Couple stéréoscopique 1 - Dr
Couple stéréoscopique 2 - Dr
Couple stéréoscopique 2 - Dr
Couple stéréoscopique 2 - Dr
Couple stéréoscopique 2 - Dr
Couple stéréoscopique 3 - Dr
Couple stéréoscopique 3 - Dr
Couple stéréoscopique 3 - Dr
Couple stéréoscopique 3 - Dr
Fujufine Real 3D W3 - DR
Fujufine Real 3D W3 - DR

Nous nous basons uniquement comme dit plus haut pour cette expérience sur les résultats produits en 3D qui permettent d'établir par le couple stéréoscopique que les orbes présents l'étaient bien dans les deux photos et par conséquent éloignés de l'objectif et non à quelques cm. C'est ici un avantage technique fort appréciable pour nos recherches.

 

Il est établi sur la base de ces 3 clichés qu'il n'y a aucun reflet d'orbes sur l'un des miroirs quand les orbes sont sur le même plan qu'eux. Ils présentent des images habituelles de formation plus ou moins circulaire avec ou sans relief à l'intérieur.

 

Le couple 1 montre de nombreux orbes présents devant le miroir de droite et pas le moindre reflet.

 

Le couple 2 montre des orbes qui se répartissent sur l'ensemble de la surface tant au niveau des miroirs qu'au dessus aucun orbe se reflète sur l'un des miroirs présents.

 

Le couple 3 montre des orbes qui ne présentent également aucun reflet notable si ce n'est leur propre présence dans l'environnement.

 

 

 

 

Sony W 170 - Dr
Sony W 170 - Dr

CONCLUSIONS ET IMPLICATIONS :

 

Les résultats tangibles que nous avons obtenus réellement et avec le procédé stéréoscopique sont peu nombreux mais solides. Les orbes présents sur les deux photos "couple" ne sont pas près des objectifs et la paralaxe montre qu'ils sont très probablement à l'endroit où ont les voit sur les photographies. La différence de paralaxe entre les deux couples de chaque photographie étant minime.

 

Il n'y a aucun reflet d'orbes qu'ils soient grands ou petits, absolument aucun reflet, ce qui peut infirmer une matérialité des orbes au sens physique du terme. C'est un constat que nous pouvons établir à partir de cette expérimentation.

 

Les orbes présents sur ces 3 photos stéréoscopiques échappent donc à nos catégorisaitons habituelles.


L'implication de cela étant le fait que ces phénomènes proviennent peut être d'une réalité différente de la nôtre qui arrive à être capturée par des appareils photographiques numériques. S'il s'agissait d'objets physiques comme des mouches, des particules, etc, celles-ci situées aux distances que l'ont peut voir sur les 3 clichés auraient du se refléter au moins sur l'un des miroirs compte tenu de leur position.

 

Reste à comprendre comment un APN objet matériel composé de métal, d'optiques, de circuits imprimés, donc matériel arrive à prendre en photo des éléments immatériels qui par définition devrait échapper à l'APN. C'est ici une autre problématique. La solution passe-t-elle comme nous le suggérait un ingénieur à titre privé travaillant dans un grand laboratoire français d'aérospatiale par le transfert de charge : une singularité se présentant entre la prise de vue et la charge électrique nécessaire à son transfert sur la carte mémoire? C'est ici du domaine des idées et de la spéculation, nous nous bornerons à constater dans cette notification au non reflet des orbes lors de cette expérience, et donc, à leur immatérialité.

 

 

 

 

 

 

Orbe en-dehors champ miroir - photo 2D  - Nikon S 3000 - Dr
Orbe en-dehors champ miroir - photo 2D - Nikon S 3000 - Dr

Annexe scientifique sur l'idée de l'ingénieur des anomalies lors du transfert de charge  :

 

Transfert de charge et orbes

 

Si nous reprenons l'idée de notre ami ingénieur où les orbes authentiques naitraient d'une singularité entre le moment de la prise de vue et le transfert de charge, une anomalie étrange créé à partir de la structure même du capteur CCD.

 

Le capteur de type capacité MOS et ses dérivés sont des semi conducteurs. Il se compose d'un substrat en silicium dopé P , d'un isolant en dioxyde de silicium, de métal : un électrode permettant d'appliquer un potentiel.

 

Nous savons que la lumière est à la fois ondulatoire et corpusculaire le capteur CCD pourrait être plus sensible à l'aspect corpusculaire de la lumière. La lumière est donc composés de grains d'énergie que l'ont nomme des photons.

 

L'énergie du photon est liée à sa fréquence.

 

E = hv

 

h : constante de Planck

v : fréquence du signal lumineux

 

 

 

 

 

 

Croquis illustrant la longueur d'onde et la fréquence d'un grain d'énergie : photon
Croquis illustrant la longueur d'onde et la fréquence d'un grain d'énergie : photon

Le spectre visible va de λ=780nm à λ=380nm. Du rouge/infra-rouge au violet/ultra violet. Un rayon lumineux présente un aspect corpusculaire mais est aussi décrit par les équations de MAXWELL (description des ondes électromagnétiques).
Ainsi les photo-détecteurs permettront de mettre en évidence l’énergie corpusculaire. La propagation de la lumière est vérifié par les équations de MAXWELL.

 

L'effet photoélectrique de votre capteur CCD :

 

La cellule de base convertit l’illumination incidente en une quantité proportionnelle de charges électriques communément appelées « photo-charges ». L’interaction d’un rayonnement lumineux avec un semi-conducteur peut modifier l’énergie de ses électrons internes.

 

Ainsi nous avons un stockage de charge à l’image de la lumière. Il faut
ensuite évacuer ces charges pour en former un signal électrique. Pour cela on crée un système permettant le transfert de charge.

 

Donc la lumière est convertie en signal électrique.

 

(Notons au passage pour ce que l'ont appelle TCI photographique une entité pourrait profiter de cette conversion pour se manifester, si cela se vérifiait la TCI serait alors fortement démocratisée et ne nécessiterait plus l'emploi de matériel encombrant comme des téléviseurs et autres appareils utilisant des tubes de Crookes ou des écrans LCD. Ceci pourrait expliquer ces étranges orbes à visage mais bien sur cela reste à démontrer ceci n'est qu'une observation)

 

Les charges vont être acheminées vers la sortie par transfert de puits en puits (un capteur est composé de "micro puits" où sont acheminés les charges électriques.) Cet acheminement est cadencé par une horloge. On retrouve en sortie un signal à l’image de la quantité de lumière reçue sur chaque cellule.

 

Le transfert de charge d’une cellule à une autre est de 99,9%. Ainsi, la première cellule transférée est plus fidèle que la dernière. La cellule de sortie est constituée d’un détecteur permettant la transformation de charge en signal.

 

Afin d’accélérer les transmissions, on dispose de 2 registres à décalage analogique. L’un transportant les pixels pairs l’autre impairs. On a alors deux sorties série.

 

Vous l'aurez devinné la photo numérique d'une part n'a plus rien à voir du tout avec la photo traditionnelle argentique et d'autre part, sous l'apparente simplicité d'un "clic" permettant de faire une photo en une seconde, se cache une haute technologie complexe transformant la lumière en électricité.

 

Il est possible alors d'envisager la perspective de "singularité inexpliqué" au sein de ce processus engendrant des phénomènes apparaissant sur nos photographies. Une piste à suivre très complexe, compliquée mais peut être ouvrant sur la réalité des orbes.

 

ADAMA

 

Source technique : Bibliothèque du Cirad.

 

 

 

 

  Pour participer au débat sur cette notification : sur le forum du Réseau des Orbes :

 

 

http://orbsresearchnetwork.forumserv.com/t6006-E-P-a-realiser-thematique-les-orbes-ont-ils-des-reflets.htm?start=30#p42581

 

Orbement vôtre.

 

 

 

 

 

 

FORUM

Découvrez le nouveau forum du RDO et rejoignez nous !

Le premier forum du R.D.O. inauguré en 2007

Hommage au Président du RDO Pacifique

PHOTOS OVNIS 

Orbs le dossier par un spécialiste des OVNI

Partenaires

LE SITE TOP SECRET

Website counter