La clinique hantée d'Arcachon

Poltergeist en 1963 à Arcachon?

La clinique où le phénomène s'est manifesté
La clinique où le phénomène s'est manifesté

Une clinique hantée


Les phénomènes que nous examinons sous ce titre se rapportent essentiellement à de mystérieux jets de pierres qui se sont produits en 1963 dans une clinique d'Arcachon. Ils ont été relatés dans la Revue Métapsy'chique de juin 1966 par le Dr Cuénot, propriétaire et directeur de cette
clinique. Voici des extraits du compte rendu du Dr Cuénot,
ancien interne des hôpitaux de Nancy, médaille d'or de l'internat, lauréat de YAcadémie de Médecine et fils du grand savant que fut le biologiste Lucien Cuénot, membre de l'Académie des Sciences :

 

« De la mi-mai jusqu'au début de septembre 1963, écrit le Dr Cuénot, la Clinique Orthopédique d'Arcachon fut harcelée par la projection de cailloux, de morceaux de moellons, de fragments de brique dont l'origine est demeurée inconnue. Ce type de phénomène assez inhabituel, on en conviendra, sans que l'on ait pu surprendre un coupable pendant une durée assez longue, a déjà été signalé
dans l'imagerie traditionnelle des maisons hantées. J'y portais, pour cette raison, d'autant plus d'attention que cela se produisait, presque chez moi, dans une clinique spécialisée dans le traitement des tuberculoses osseuses, que je dirigeais à Arcachon depuis plus de vingt-trois ans, donc dans un cadre que je connaissais parfaitement.


En dehors du caractère inexpliqué de cette agression et du problème policier qu'elle posait, cette affaire m'a permis d'observer, sur le vif, les réactions psychologiques des personnes au courant, mais non concernées, des témoins
directs qui reçurent les pierres, et, surtout, d'une jeune fille qui semblait particulièrement visée. J'ai pu noter cette espèce de refus systématique qui est presque l'inverse d'une suggestion collective : tout le monde se refusant à
admettre une explication irrationnelle, puis, devant l'impossibilité
d'une interprétation satisfaisante, s'efforçant de ne plus y penser en s'abstenant de tout commentaire.

 

« Pendant cette période, les malades hospitalisés à la clinique, la plupart allongés sur des voitures, reçurent approximativement deux à trois cents cailloux de tous calibres. Parfois très petits, parfois du volume d'une demibrique,
ces projectiles étaient donc parfaitement inoffensifs ou parfaitement capables de tuer quelqu'un. La trajectoire des pierres, la direction du tir, la vitesse, le nombre
et la nature des projections furent très variables.


L'horaire de la chute des pierres fut, lui aussi, très capricieux.
Celles-ci tombaient à toute heure du jour mais particulièrement
à la nuit tombante. Jamais il n'y eut de malades blessés et si deux d'entre eux furent touchés, ils ne le furent que très légèrement. « La seule condition, apparemment nécessaire et suffisante au déclenchement des. phénomènes, était la présence, dans les parages, de Jacqueline R. âgée de dix-sept
ans, ce qui autorisait tous les soupçons la concernant.


Mais, malgré l'étroite surveillance de la part des autres malades, jamais rien dans ce sens ne put être mis en évidence. Au contraire, dans de multiples circonstances et devant de nombreuses personnes, elle fut lapidée copieusement tout en étant visiblement parfaitement innocente
de ce qui lui arrivait. »

 

Le Dr Cuénot signale ensuite que la chute des pierres commença au moment où le personnel et les malades de la clinique apprirent que celle-ci allait être fermée ou vendue et que, à cette époque, une malade, Angelina M., qui était particulièrement visée par les cailloux, était probablement l'agent inconscient de ces jets de pierres; ce n'est qu'après le départ d'Angelina de la clinique, le 7 juillet 1963, que Jacqueline R. prit, en quelque sorte, le relais de cette malade, en ce qui concerne la cause probable des phénomènes. « Loin de cesser après le départ d'Angelina, écrit-il, les chutes de cailloux devinrent de plus en plus fréquentes avec une prédilection toujours marquée pour l'environnement immédiat de Jacqueline. Visiblement, c'était elle qui était désormais visée. Il lui suffisait de se trouver quelques minutes en un lieu quelconque des terrasses extérieures pour que les cailloux se mettent à tomber autour d'elle. Si elle s'absentait de la clinique, les jets de pierre cessaient. Dès qu'elle réapparaissait, ceux-ci reprenaient après une latence de 5 à 10 minutes chaque fois.


« En même temps, le poids, la force et le nombre de pierres lancées sur les malades augmentèrent rapidement pour devenir inquiétants en juillet et août : certains jours, il y en eut une trentaine. D'autres jours, tout s'arrêtait sans
motif pour reprendre quelque temps plus tard, à la condition que Jacqueline R. soit présente.

 

Le diamètre des cailloux lancés fut, à toutes les périodes, très divers. Comme
leur volume, leur nature était aussi extrêmement variée. Parfois, il s'agissait de très petits cailloux arrondis comme on en trouve mêlés aux sables des plages, d'autres fois c'étaient de véritables galets de rivière comme ceux utilisés
pour le béton. 11 y eut également des fragments de brique, des éclats de moellons ou de ciment.

 

« Les pierres, visiblement lancées d'assez haut, atteignaient le sol, sauf de rares exceptions, à la verticale, et souvent en traversant le feuillage de trois platanes qui ombrageaient une partie du parc. Ce tir aveugle, à travers les feuilles de ces trois gros arbres sous lesquels s'abritaient souvent les malades allongés sur leur voiture, aurait pu être dangereux surtout lorsque les pierres étaient grosses.


Contrairement à ce qu'il était permis de craindre, il n'en fut rien, presque personne ne fut touché et ce ne fut pas le moins surprenant de l'affaire. Evidemment, quand le bombardement était trop intense, les malades rentraient
précipitamment à l'intérieur du bâtiment pour se mettre à l'abri, mais, même en tenant compte de cette précaution bien naturelle, cette bénignité méritait d'être notée.


« Si, au début, personne ne fit attention aux petits cailloux reçus par les malades depuis plusieurs semaines, c'est en juillet et en août, en raison du nombre, du poids et de la vitesse des projectiles, que le phénomène attira l'attention de l'ensemble des malades hospitalisés, au point même de devenir presque l'unique sujet de conversation des pensionnaires entre eux.


« Cette affaire bénéficia donc, au début, d'une sorte de conspiration du silence, personne ne voulant attirer l'attention sur ce qui était considéré comme l'oeuvre d'un mauvais plaisant. La directrice n'en fut avisée par Jacqueline R. qu'au début du mois d'août, mais elle, non plus, n'attacha aucune importance à ces contes à dormir debout. Ce n'est que le 28 août que M. C. m'avertit, et, de mon côté, à
seule fin de couvrir ma responsabilité civile, j'informai la police locale qui, suivant l'usage, ne fit rien sinon me prendre pour un fou. C'est dans ces conditions que j'avertis mon confrère, le Dr M. Martiny, président de l'Institut Métapsychique International, qui voulut bien m'envoyer un enquêteur, M. Robert Tocquet, particulièrement au courant de ce genre de manifestations. « Lorsque les malades furent interrogés par M. Tocquet, les uns déclarèrent n'avoir jamais observé de chutes de pierres, d'autres n'en avoir vu tomber que deux ou trois à côté d'eux sans y prêter attention. Certains refusèrent même de déposer.

 

D'autres enfin, les plus nombreux, une quinzaine ou une vingtaine, confirmèrent purement et simplement les faits. Certains témoins avaient reçu, autour d'eux,
de 10 à 20 cailloux. L'un d'eux en avait compté 17 en cinq minutes. Quatre joueurs de bridge signalèrent avoir reçu un jour une grosse pierre qui aurait pu facilement blesser l'un d'eux sur leur table de jeux. Un allongé, un jour, en avait reçu une sur sa voiture, d'autres, dans leur cabinet de toilette; plusieurs déclarèrent être rentrés précipitamment certains jours dans leur chambre, la situation devenant intenable sur les terrasses.

 

« Tout en reconnaissant le rôle déterminant de Jacqueline R. dans l'apparition des chutes de cailloux, personne ne put déclarer l'avoir surprise en train de lancer quoi que ce soit ou avoir découvert chez elle une attitude tant soit peu suspecte. Sa mise en vedette la rendait d'ailleurs vulnérable. Elle fut très surveillée par tous les autres malades et, dans cette situation, aurait été bien en peine d'intervenir d'une façon active sans être immédiatement repérée. « Parmi tous ces interrogatoires, à peu de choses près identiques, on relève pourtant quelques précisions intéressantes

« Un soir d'août, alors que les cailloux tombaient en abondance sur la terrasse nord, un malade, M.T. André, agent de police à Paris, leva la tête au moment précis où une grosse pierre, d'environ 200 à 300 grammes, était lancée
par la fenêtre d'une chambre du deuxième étage du bâtiment, côté est, désaffecté. Il ne vit ni bras, ni tête, ni personne, mais vit seulement un caillou qui sortait de ladite fenêtre pour tomber sur le sol comme s'il était lancé du fond de la pièce par quelqu'un se cachant. L'étage, immédiatement exploré, fut trouvé vide et la porte de ladite chambre fermée à clef comme toutes lés chambres inutilisées.


« Un autre soir, vers 21 heures, trois malades se trouvaient sur la terrasse avec Jacqueline R. lorsque les jets de pierres recommencèrent, venant visiblement toujours du même bâtiment. Pour en avoir le coeur net, les quatre amis montèrent au troisième étage, ouvrirent la porte de l'étage fermé à clef de l'extérieur et ne virent personne. Redescendus sur la terrasse, les pierres continuèrent à tomber, ils remontèrent examiner cette fois le deuxième étage où toutes les portes des chambres étaient également fermées, loquets enlevés.

 

Pour la seconde fois, leur démarche fut infructueuse même après avoir pris la peine d'ouvrir chaque pièce avec un loquet de secours. « Un certain jour, où M. C. était allongé sur la terrasse nord, sur sa voiture, les cailloux se mirent à pleuvoir en telle quantité que, pris de colère, il se mit à crier à la cantonade
:
« — II y en a assez! Cet imbécile ne peut-il pas s'arrêter?
»
« Aussitôt les chutes de pierres cessèrent pour ne reprendre
que timidement une demi-heure plus tard.
: « Un autre témoin signale que, un jour où le temps était particulièrement beau, tous les malades, sans en excepter un, descendirent de leur chambre pour passer l'après-midi sur la terrasse. Ce jour-là, il ne manquait à l'appel ni un autant de pierres lancées, ce qui devait entraîner la conviction de tous qu'aucun malade ni aucun membre du personnel ne pouvait être soupçonné.

 

« Parmi les informations qu'apportèrent ces dépositions, nous devrons encore citer le témoignage de C. qui soulève d'autres difficultés. Un certain soir pendant lequel ce malade, rigoureusement allongé en raison d'une double coxalgie, avait été particulièrement visé, celui-ci, avant de regagner sa chambre, demanda à Jacqueline R., qui l'accompagnait, de ramasser les quelques pierres tombées autour de lui. Il les déposa en un petit tas à côté de sa chambre pour me les montrer. Le lendemain matin, le tas avait disparu et il fut impossible de savoir qui l'avait enlevé. Les femmes de chambre prétendirent qu'elles n'avaient rien vu, les malades non plus. »

 

C'est alors que, le 1er septembre 1963, le Dr Cuénot, constatant que Jacqueline R. était au centre et l'agent probable de ces manifestations, résolut de lui faire subir un interrogatoire psychologique et psychanalytique. Il apprit ainsi que, bien qu'âgée de dix-sept ans, elle était déjà désabusée de tout, qu'elle n'aimait pas flirter, qu'elle avait été fière lorsqu'elle avait été réglée à onze ans, qu'elle ne voulait pas d'enfants, qu'elle adorait qu'on s'occupe d'elle, qu'elle riait volontiers aux enterrements et pleurait aux mariages, etc., etc. Or, chose curieuse, après cet interrogatoire qui fut, pour Jacqueline R., une sorte de confession et de « décharge » psychologique, les jets de pierres cessèrent mais furent remplacés par d'autres phénomènes.


Ainsi, le 1er septembre 1963, à minuit, la porte de Jacqueline R., donnant sur le couloir, s'ouvrit lentement et sans bruit. C'est le heurt de la porte contre le lit de Mme T. qui réveilla tout le monde. Comme, ce soir-là, il y avait un fort vent, les malades refermèrent la porte sans plus. Le 2 septembre 1963, les malades de la chambre de Jacqueline venaient, depuis une demi-heure, d'éteindre leur lumière lorsque, vers 23 heures, il y eut un fort coup de poing frappé contre la porte de cette chambre. Quelques secondes plus tard, une infirmière, qui était chargée de veiller les malades, leur déclarait qu'elle n'avait vu personne
à proximité de la porte.


Le 3 septembre 1963, c'est à 4 heures du matin que la porte, qui pourtant fermait bien, s'ouvrit de nouveau et vint heurter le lit de Mme T. qui s'éveilla. A ce moment, les autres occupants de la chambre, dont Jacqueline R., étaient dans leur lit. D'autre part, il est à signaler que la porte entrouverte n'avait aucune tendance à s'ouvrir spontanément. Le 4 septembre 1963, sur la demande des malades, un verrou est placé à l'intérieur de leur chambre. « Depuis, écrit le Dr Cuénot, il n'y eut plus d'ennui de  ce côté et, à part quelques ouvertures de portes aux heures de télévision et quelques coups frappés, à 4 heures du
matin, quelques jours plus tard à la porte de l'enquêteur de l'Institut Métapsychique International, tous les phénomènes cessèrent définitivement. »


Voici précisément un extrait du rapport que je fis à ce sujet et que je remis au président et à mes collègues de l'Institut Métapsychique International. « En septembre 1963, je me suis rendu à la clinique du Dr Cuénot, à Arcachon, afin de procéder à une enquête sur des jets de pierres et sur quelques autres phénomènes qui s'y produisaient depuis cinq mois environ. J'y interrogeai le personnel et tous les malades (soit une trentaine de personnes) qui ne purent me préciser la cause probable des phénomènes dont ils avaient été témoins. Présumant que leur auteur, vraisemblablement involontaire, était Jacqueline
R., je m'installai dans une chambre contiguë à celle de cette jeune fille afin d'être, à l'occasion, témoin d'un phénomène. « Or, au cours de la première nuit que je passai dans ici te chambre, à 4 heures du matin exactement, quatre
coups, relativement violents, séparés par des intervalles de 5 ou 6 secondes, furent frappés sur la porte de ma chambre.

 

Au troisième coup, je me levai et j'ouvris brusquement la porte qui donnait sur un couloir parfaitement éclairé par des lampes électriques. Personne ne s'y trouvait. C'est alors que retentit le quatrième coup comme s'il avait été produit par un poing invisible, cependant que je sentis vibrer la porte que je tenais de la main gauche. « II est à remarquer — et ce détail était inconnu du Dr Cuénot et de ses malades — que, tous les jours, je me réveille entre 3 h 30 et 4 heures du matin et que je suis alors parfaitement conscient. C'est, en effet, à partir de ce moment que je procède mentalement à l'examen des travaux que je dois effectuer dans la journée. « Deux ou trois minutes après avoir entendu le quatrième coup, je passai rapidement un vêtement et allai frapper à la porte de Mlle Jacqueline R. Elle ne me répondit qu'au bout de quelques minutes, et, quand elle ouvrit sa porte, elle semblait visiblement sortir d'un sommeil profond.

 

« En définitive, et c'est ce que j'ai écrit dans le compte rendu des interrogatoires, je crois qu'il est difficile d'expliquer la plupart des jets de pierres par la mise en jeu de facteurs normaux et j'estime que les quatre coups frappés à la porte de ma chambre étaient d'origine paranormale. »

 

Professeur Robert Tocquet dans les Mystères du Surnaturel, Ed. Les Productions de Paris - 1963.

 

Note : La clinique n'existe plus elle a été démolie et remplacée par des habitations. Il s'agissait d'une clinique orthopédique soignant des malades tuberculeux.

FORUM

Découvrez le nouveau forum du RDO et rejoignez nous !

Le premier forum du R.D.O. inauguré en 2007

Hommage au Président du RDO Pacifique

PHOTOS OVNIS 

Orbs le dossier par un spécialiste des OVNI

Partenaires

LE SITE TOP SECRET